• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Un bon vieux film

Un bon vieux film - Maye Crane

Je n’avais pas compris que Denis n’était pas disponible à cette date, aussi, j’ai été étonnée lorsque j’ai reçu son appel. J’attendais sa venue en buvant un verre de limonade à la terrasse d’un café. J’ai compris qu’il avait oublié de me prévenir, mais en réalité, je n’avais pas vu son message, dans lequel il m’expliquait les motifs de son absence de la ville, ce jour-là précisément. Il avait promis à sa fille de l’emmener au bord d’un lac, il devait partir tôt dans l’après-midi. J’avais donc ma soirée de libre et j’étais seule. J’ai commencé par chercher un film intéressant, dans un cinéma proche du lieu où je me trouvais. Une rediffusion d’un western des années mille neuf cent cinquante, me fit penser à Albert, mon oncle. Il avait adoré ce long-métrage à tel point qu’il en connaissait toutes les répliques.

Il ne parvenait pas à s’empêcher de doubler les acteurs, ce qui rendait certaines scènes tristes d’un comique décalé, pas du tout en rapport avec l’action qui se menait sur le petit écran. Sa voix grave se muait en voix de fausset, dès qu’il devait se mettre à la place d’une femme. Cela avait été de grands moments d’amusement en famille, que je ne suis pas prête d’oublier. Si j’allais voir ce film, c’était uniquement pour me remémorer ces instants merveilleux. Ma décision prise, j’ai acheté un sandwich et un dessert, que j’ai mangé rapidement. La séance commençait dans moins de trente minutes, je me suis dépêchée, et je suis arrivée à entrer au moment même de l’extinction des lumières. J’ai ri, pleuré, ce qui a considérablement gêné mes voisins. Ils me dirent de me taire au bout de dix minutes.

Quand je suis ressortie du cinéma, j’étais détendue, heureuse. J’ai songé à cette entreprise que je devais appeler pour un remplacement toiture Boucherville. J’ai envoyé un message, car je voulais avoir une estimation des travaux que je voulais entreprendre. Tout en marchant pour rentrer chez moi, mes souvenirs d’enfance m’assaillirent. Parvenue devant chez moi, j’ai appelé ma mère, que je n’avais pas eu au téléphone depuis près d’une semaine. Elle répondit instantanément. Elle était étonnée de mon appel si tardif, mais elle ne s’en formalisa pas. Nous sommes restées à parler du temps passé, des beaux instants comme des plus difficiles. Je lui ai promis de passer chez elle dans les prochains jours.

 

The author:

author

Esthéticienne et amoureuse de produits de beauté de qualité - en pharmacie et en cabine - Maye Crane vous proposera, via ce blogue, ses recommandations beauté et bien-être, tout en ne négligeant pas de vous partager son quotidien. Femme d'affaires accomplie, elle adore couvrir un ensemble de sujets variés qui ont un impact sur votre vie. Soyez à l'affut!