• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Le jour se lèvera

Le jour se lèvera - Maye Crane

Parfois, la vie est un vaste rideau noir. Elle devint maussade, triste, morose, cruelle. Mais aussi longtemps qu'on se sente mal, aussi longtemps qu'on entre dans une phase dépressive, il y aura toujours une chose qui nous guidera vers la sortie. C'est comme s'il s'agissait d'une lumière attrayante qui nous tend ses ondes, pour nous sortir du gouffre. Un gouffre si profond, qu'on s'y sentirait prisonnier et dans lequel on s'enfonçait petit à petit. Un puits d'ombre creusé et dans lequel on est tombé malencontreusement.

J'avais l'habitude, à chaque fois qu'une livraison de colis se faisait au bar de m'approcher. Peu importait la nature du colis, je savais que c'était à boire. J'étais un vieil alcoolique, le vieux soulard du quartier. Après avoir pris ma dose journalière de bière au bar du coin, un bar qui d'ailleurs transforma la vie de beaucoup de monde en enfer, je me laissais aller à mon activité favorite. Je prenais un petit instrument, que j'avais moi-même fabriqué. Un genre de kora africain, plus ressemblant à un violon. Je me mettais ensuite à chanter ou à scander le nom de certaines personnes et dans le pire des cas à les insulter et à dire des vérités. Comme si la vérité pouvait sortir de ma bouche déraisonnée. Il se trouvait que certains enfants m'avaient pris en parodies, et se mettaient des fois à m'imiter ou à rire de mes dires. J'avais une voix grave, très grave. Je faisais peur, j'avoue.

J'étais un soulard oui, comme tout le monde le dit, mais un soulard qui a eu à vivre une vie merveilleuse. J'étais riche, heureux, avec une femme, des amis ... J'ai tout perdu le jour où j'ai dû fermer mon entreprise. J'ai compris alors que le monde autour de moi n'était en fait qu'illusoire, une illusion qui se nourrissait de ma richesse. Mes parents étaient décédés, les amis que je croyais avoir, étaient partis, ma femme a demandé le divorce après quelques semaines. Je suis entré dans une dépression. Regardant impuissant les complots sadiques et sournois derrière mon dos, j’ai tout perdu et je me suis rendu compte que le destin est inconnu, l'avenir incertain et dans cette dépression totale, je me suis noyé dans l'alcool. Il était le seul qui pouvait me faire oublier mes problèmes, même pour un temps minime. L'addiction à l'alcool était devenue mon médicament et mon meilleur ami. Je ne pouvais plus croire à cette humanité sans âme, j'étais un zombie humain, une loque.

Aujourd'hui, je vis, je souris, je respire à nouveau, j'ai retrouvé l'espoir. Grâce à moi et grâce à l'amour. Une volonté sortie de nulle part s'est emparée de moi et m'a poussé un jour à aller dans un groupe anonyme. J'y ai rencontré des personnes justes humaines, des anges qui m'ont redonné le sourire et qui m'ont montré que la vie est ainsi faite, qu'il faut faire face à ses problèmes, les supporter et parfois s'abstenir.

 

The author:

author

Esthéticienne et amoureuse de produits de beauté de qualité - en pharmacie et en cabine - Maye Crane vous proposera, via ce blogue, ses recommandations beauté et bien-être, tout en ne négligeant pas de vous partager son quotidien. Femme d'affaires accomplie, elle adore couvrir un ensemble de sujets variés qui ont un impact sur votre vie. Soyez à l'affut!